Comment se définit l’acouphène ?
C’est une perception auditive survenant en l’absence de tout stimulus externe ou interne.
Il peut être perçu dans une oreille ou les deux, ou dans la tête.


D’origine grecque, le mot « acouphène » vient de : akouein, entendre et phainein, apparaître ;

c’est une perception en l’absence de stimulation extérieure.

Comment est-il décrit ?
Le patient décrit "ses" acouphènes comme des sifflements, des bourdonnements, des tintements, un grésillement, ou décrit avec des mots plus précis ce qu’il entend : cocotte-minute, ligne à haute tension, vrombrissement, chuintement, chant des cigales ….La nature du bruit peut être variable, allant d’une tonalité grave à des sonorités aigues. Le bruit peut être continu ou fluctuant.

 

Qu’est-ce que l’hyperacousie ?

Comme l’acouphène, l’hyperacousie est aujourd’hui reconnue comme une pathologie ORL.
L’hyperacousie se définit comme une hypersensibilité aux sons de l’environnement pour une intensité jugée tout à fait acceptable par un sujet "normal". Il se traduit par une modification de la perception auditive sous forme d’une amplification ou d’une transformation des sons. La sensation peut aller du simple inconfort à une sensation douloureuse intolérable.

Qui est concerné ?
L’hyperacousie concerne environ 2 % de la population, et la plupart du temps, elle s’accompagne d’une audition normale. Elle peut être unie ou bilatérale et le chiffre généralement annoncé par les médecins ORL s’élève à 40 % des sujets souffrant d’acouphènes qui ressentent également une hyperacousie.

Et les vertiges ? 

Parfois fonctionnels, toujours anxiogènes, ils peuvent révéler une maladie du système d’équilibration comme la Maladie de Ménière ou un équivalent migraineux...

La nécessité d’un bilan ORL complet
La prise en charge du sujet souffrant d’hyperacousie nécessite, comme pour l’acouphène ou les vertiges, un bilan ORL complet afin de déterminer la meilleure voie d’action et un suivi régulier pour l’amener à la guérison.

APPORTS DE LA SOPHROLOGIE

Quel est l’intérêt de la sophrologie dans la prise en charge des acouphènes chroniques ?
Accessible à tous, la sophrologie propose des techniques simples de respiration, de relaxation dynamique et de visualisation mentale.
Elle propose aux patients des outils d’autonomie pour mieux gérer les crises d’acouphènes et l’anxiété souvent associée aux symptômes et mieux utiliser leurs ressources physiques et mentales dans une période difficile de vie.

 

Comment la Sophrologie agit-t’elle ?
La voix du sophrologue accompagne le patient dans sa détente en l’amenant dans un état de réceptivité spécifique, entre veille et sommeil, ce qui facilite la prise de conscience de sensations agréables et positives. Dans ce niveau de détente profond, le cerveau conscient et conceptuel voit son activité diminuer. Les images et les suggestions sont enregistrées par le cerveau et auront une influence déterminante sur le comportement.

Quel est le résultat ? 
Le patient, au fur et à mesure de sa prise en charge, acquiert dans son quotidien des « réflexes détente » et obtient un impact favorable sur le plan physique, mental et émotionnel. Il est moins anxieux et il retrouve une qualité de vie (calme, concentration, sommeil). Il y a alors modification de la perception de l’acouphène et mise à distance des bruits parasites.

  • Wix Facebook page
  • Twitter Classic
  • Google Classic